Supprimer du contenu négatif sur Internet : mission impossible ?

Publié par Marie Algeo  /   juin 17, 2014  /   Posté Réflexions  /   Pas de commentaires

Memory concept.Depuis plusieurs semaines, avec le formulaire de Google pour le droit à l’oubli, des milliers de personnes ont l’espoir de faire disparaître des contenus négatifs à leur égard, visibles dans les résultats de recherche. Le même vent d’optimisme souffle dans les entreprises. Pourtant, les contenus réellement effaçables sont rares, très rares. A moins que les contenus contreviennent réellement à la loi, chez Drapeau blanc, nous estimons même que, parfois souvent, leur suppression risque d’envenimer la situation sous l’effet de l’effet Streisand. Voici quelques exemples de contenus qui ne disparaissent pas si facilement ni de Google ni d’autres espaces numériques d’ailleurs.

Supprimer un post sur Facebook

Pour se débarrasser d’un post encombrant sur une page Facebook, le community manager peut le « masquer », provoquant ainsi sa disparition de la page. Mais la chose est trompeuse car le post n’a pas totalement disparu de Facebook. Il est toujours présent sur le mur de son auteur et donc, visible par lui-même et par ses amis. Il faudra cliquer sur « supprimer » pour le voir effectivement supprimé.

Supprimer une page Facebook

Pour demander la suppression d’une page sur Facebook, il est nécessaire de faire une demande argumentée auprès de Facebook. Opérationnellement, la démarche est fastidieuse, les échanges avec Facebook chronophages, la procédure complexe. Mais passons. Si l’opération réussit, et que Facebook daigne accéder à votre demande, la page n’apparaît effectivement plus à l’URL correspondante. En revanche, elle a toujours une existence… aux yeux de Google en tout cas. Explications.

Avant sa « suppression », la page était référencée par Google, voire bien positionnée sur les premières pages de résultats. C’est d’ailleurs ce bon positionnement qui amène à vouloir la faire disparaître… Une demande de suppression à Google est-elle possible ? Non. Avec ou sans formulaire de droit à l’oubli, Google refuse de supprimer ce résultat de ses bases de données.

La raison : le contenu n’a pas disparu ! Disons, il n’a pas disparu « pour de vrai ». En fait, Facebook masque la page, il ne la supprime pas. Et Google détecte toujours ce contenu… donc pour lui, pas de raison de déréférencer…

Le contenu dont vous avez demandé la suppression
figure sur une page en ligne

Supprimer un message sur un forum

Un administrateur ou modérateur peut, selon les termes de la charte, supprimer un message de son forum. Il ne sera plus visible ni sur le forum ni dans les moteurs de recherche. Mais encore une fois, les termes « supprimer » ou encore « effacer » sont un leurre car ce message ne disparaît pas entièrement. Il doit être conservé.
C’est même une obligation légale qui impose à un administrateur de forum de conserver une trace de TOUS les messages pendant un an. Objectif : pouvoir fournir à la justice ce contenu en cas de procédure judiciaire. Ces messages peuvent être versés au dossier pour faire la preuve d’un préjudice subi par exemple. En clair, sur les forums, comme sur les réseaux sociaux, mieux vaut tourner cette fois son clavier…, avant de poster.

Supprimer une photo Snapchat

Snapchat, le réseau des contenus censés se volatiliser des mémoires des téléphones portables quelques secondes après leur envoi. Le concept est alléchant mais évidemment, quelques mois après le lancement du réseau social, une faille logiciel y a été détectée qui permet de retrouver les fichiers effacés dans les dossiers du téléphone
Pire, (mais ouf, Snapchat prévient ses utilisateurs), il suffit d’une capture d’écran de leur mobile pour immortaliser l’éphémère cliché…

Supprimer un Tweet

Dernier cas à avoir défrayé la chronique, l’affaire du tweet de Nadine Morano posté il y a un an, récemment supprimé par son auteure et publié à nouveau par Politwoops sous forme de capture d’écran.

Autre exemple, récent aussi, Derek Freal, ce bloggeur expulsé d’Indonésie pour un tweet jugé offensant par les autorités indonésiennes. Le tweet en question est resté cinq minutes en ligne. Se rendant compte de son erreur (une insulte envers les services des douanes du pays), il a retiré son tweet aussitôt mais c’était trop tard.

Alors, certes, les politiques sont une classe à part et leur marketing de communication répond à une logique particulière. Les bloggeurs influents sont aussi très surveillés. Il n’empêche. Sans aller jusqu’à tous se prendre pour des politiques surveillés par Politwoops, un simple retweet suffit à graver vos propos dans la mémoire d’Internet … surtout s’il a été retweeté plusieurs fois !

La permanence du contenu sur Internet et sur les réseaux sociaux est un véritable sujet. Aussi injuste que cela soit, des contenus anciens, obsolètes et inappropriés restent visibles sur Internet et si Google a fait un pas vers les particuliers, la situation est complexe pour les entreprises.

Pour prolonger le sujet , vous pouvez lire la fiche pratique de la CNIL sur la méthodologie pour effacer des informations sur un moteur de recherche

Photo © creative soul – Fotolia.com

Print Friendly, PDF & Email

A propos de Marie Algeo

Responsable éditoriale de l'agence Web Report de longue date, anime l'équipe, résout les soucis de prod et triture avec délectation les lignes éditoriales des sites et des communautés online des entreprises et institutions. Passion inavouable : les exceptions orthographiques et les pièges grammaticaux.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*