Paula Deen : le web a-t-il oublié le scandale ?

Publié par Perrine Tiberghien  /   mars 12, 2014  /   Posté Actu, Etudes de cas  /   Pas de commentaires

Reseaux sociaux - Paula Deen - Fotolia

Reine de la cuisine grasse et sucrée du sud des Etats-Unis, Paula Deen est une référence de la gastronomie américaine. Mais son empire s’est écroulé il y a dix mois, en juin 2013, lorsqu’elle a été poursuivie pour injures racistes.
Un scandale qui a marqué les Etats-Unis, mais qui a aussi enflammé les réseaux sociaux. Dix mois après, quel est l’état des lieux de sa réputation sur internet et sur les réseaux sociaux ? Le web a-t-il oublié Paula Deen ?

Paula Deen : du procès d’une employée, à celui d’internet

Chef reconnue et à la tête d’un véritable empire, Paula Deen a présenté pendant près de dix ans sa propre émission sur la chaîne télévisée américaine The Food Network. Livres de recettes, autobiographie, partenariats avec les chaînes Home Depot et Target : un chiffre d’affaires aussi juteux et gras que ses recommandations gastronomiques !

En juin 2013, l’une de ses managers, Lisa T. Jackson, l’a accusée ainsi que son frère de harcèlement sexuel et d’injures racistes.

Deux motifs dont se sont très vite emparés les réseaux sociaux, surtout après que Paula Deen ait reconnu avoir utilisé le mot « nigger » (« nègre »). Et avant que la chef ne présente ses excuses dans une vidéo diffusée sur Youtube, les témoignages se sont multipliés.

Les partenaires commerciaux lâchent Paula Deen

Cela a poussé les partenaires commerciaux de Paula Deen à mettre fin à leurs accords. Parmi eux, les chaînes Wal-Mart, Target et Home Depot – des poids lourds de l’économie américaine -, ainsi que l’entreprise laboratoire pharmaceutique danoise Novo Nordisk. Autant d’entreprises qui ne voulaient pas prendre le risque de voir leur nom associé à un véritable « bad buzz ».

Et pourtant, certains en font quand même les frais. C’est le cas de la chaîne télévisée The Foot Network, qui, après avoir mis fin à l’émission de Paula Deen, a dû faire face à une « guerre totale » sur sa page. Mais l’attaque n’est pas venue de là où on pouvait s’y attendre.

Sources : Lexpress.fr du 24 juin, CNN.com du 19 juin.

Le web a-t-il oublié la chef américaine ?

Près de dix mois après le scandale qui lui a coûté sa réputation sur les réseaux sociaux et ses partenariats auprès de plusieurs marques, Paula Deen tente de faire un retour sur le devant de la scène gastronomique.

Ce comeback est-il envisageable aussi sur internet ?

Dans un article du 27 février, le Chicago Tribune cite une interview recueillie auprès de Paula Deen par People Magazine. La chef américaine y explique « se battre » pour retrouver sa réputation. Elle craint que son nom ne soit associé pour longtemps à des injures racistes.

C’est déjà le cas sur Google. Sur le moteur de recherches, le terme « racist » est la première recherche associée proposée.

Paula Deen racist recherche associée google

En anglais, la recherche recense la plupart des articles de sites d’informations ou de blogs qui ont été publiés sur le sujet. Certains remontent au moment du scandale, d’autres sont plus récents et analysent le scandale. Certains estiment d’ailleurs que la popularité de Paula Deen reste très forte aux Etats-Unis, et notamment dans les états du sud du pays.

Absente sur Facebook….

Sur Facebook, la chef n’anime plus aucune page officielle. La page www.facebook.com/PaulaDeen a été désactivée. Il en reste quand même des traces sur le site officiel, qui montre qu’une page existait bien.

Paula Deen page officielle sur Facebook

Le réseau social recense néanmoins quelques pages de soutien, qui avaient été créées au moment du scandale. Bring Back Paula Deen regroupe 255 000 fans, Support Paula Deen  en compte 92 000. Les actualités au sujet de Paula Deen se partagent entre publicité, infos gastronomiques et… messages de soutien.

Paula Deen soutenue par ses fans sur facebook

… mais présente sur Twitter, Google+ et Youtube

Si la stratégie de Paula Deen pour couper court aux commentaires sur Facebook semble avoir été de fermer la page officielle, il n’en est pas de même sur d’autres médias sociaux. 1,2 million de followers pour son compte officiel Twitter, 150 000 followers sur son profil Google+, et 17 900 abonnés sur la chaîne Youtube : l’Américaine reste très présente sur plusieurs médias.

Si le profil Google+ ne montre pas de traces du scandale, il n’en est pas de même sur Twitter. Après avoir tweeté un lien, le compte @Paula_Deen est régulièrement mentionné en réponse. Mais les messages de soutien sont encore plus nombreux.

Même chose sur Youtube. Les plus récentes vidéos ne coupent pas à quelques commentaires évoquant l’accusation de racisme.

Paula Deen commentaire Youtube

Un comeback étudié… et une stratégie réfléchie

Que montre donc cette enquête ? Elle montre que le web n’a donc pas oubliée Paula Deen. Mais aussi qu’elle profite d’une forte notoriété, mise en valeur sur les supports adaptés.

Le retour de Paula Deen, aux Etats-Unis, vient de passer par l’ouverture d’un nouveau restaurant dans le Tennessee. Un investissement de 20 millions de dollars qui a été salué par ses fans, dans un état du… sud des Etats-Unis, où elle peut compter sur leur soutien.

Sur les réseaux sociaux, Paula Deen semble avoir adopté la même stratégie. Son compte Pinterest affiche près de 250 000 abonnés, et celui sur Foursquare en recense 90 000, qui suivent ses bons plans restauration. Une présence forte, qui repose sur sa réputation gastronomique uniquement, également relayée sur des supports (Youtube, Google+….) où le partage de recettes et d’images sont d’abord mis en avant. Facebook, en revanche, ne fait pas partie – pour le moment – de la stratégie de l’Américaine.

Print Friendly

A propos de Perrine Tiberghien

Collaboratrice Web Report. Community management, brand content et spécialiste wordpress. Passionnée par le web, les cafés latte et le roller-hockey, pas nécessairement dans cet ordre. Ancienne journaliste groupe Voix du Nord.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud